Articles

TER : l’ouverture à la concurrence menace le service public et la démocratie

La majorité LR du conseil régional des Pays de la Loire vient de confirmer sa volonté d’ouvrir à la concurrence l’exploitation des Trains express régionaux.

Cette décision est un scandale démocratique majeur. La majorité régionale se dépêche de faire voter en catimini, en pleine crise sanitaire et à quelques jours des fêtes de Noël, une décision qui prétend engager la région pour des années. A croire que LR veut faire passer ses mauvais coups avant les élections régionales de juin prochain alors que rien n’oblige une telle décision précipitée. La droite aurait-elle peur de perdre ?

Comme ailleurs en Europe ou dans le fret en France, cette ouverture à la concurrence sera surtout une remise en cause frontale du service public : baisse de la qualité de service, hausse des prix, recul des investissements, privatisation des lignes rentables pour mieux abandonner les autres ou socialiser les pertes, remise en cause des droits des cheminots par un dumping inacceptable, gabegie financière où la SNCF est parfois obligée de dépenser de fortes sommes pour être in fine la seule candidate ou pour des appels d’offres infructueux à l’image de celui lancé par le gouvernement sur les axes Nantes-Lyon et Nantes – Bordeaux.

Les futurs élus insoumis au conseil régional porteront la remise en cause de cette privatisation. Nous proposons l’annulation de cette mise en concurrence et le maintien du monopole du service public y compris en désobéissant aux règles européennes. Tous les candidats doivent s’engager clairement à ne pas privatiser les TER !

Quand tout sera privé on sera privé se tout. Défendons le service public !

Matthias Tavel, chef de file LFI en Pays de la Loire

Nous contacter : elections-pays-de-la-loire@lafranceinsoumise.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *