Articles

LACTALIS : la droite des Pays de la Loire subventionne le vice

La majorité de droite au conseil régional vient d’accorder une subvention de 840 000 euros au groupe laitier LACTALIS.


En agissant ainsi, Madame MORANCAIS et sa majorité dilapident l’argent public et subventionnent le vice !
En effet, LACTALIS vient d’être épinglé pour la pollution de plusieurs cours d’eau par plus de la moitié de ses usines en Pays de la Loire et en Bretagne. Ceci en violation du code de l’environnement.
En octobre, c’est aussi un montage financier d’évasion fiscale qui était dénoncé par un média d’investigation soupçonnant LACTALIS d’avoir ainsi évité de payer plus de 200 millions euros d’impôts.
La France insoumise des Pays de la Loire exige la transparence totale sur les montants des subventions versées à ce groupe, et l’association des salariés du groupe et des éleveurs laitiers à un audit pour en contrôler l’usage.
La région Pays de la Loire doit exiger le remboursement de toutes les sommes déjà versées tant que l’entreprise ne justifie pas son plein respect de l’environnement et de la justice fiscale.
Aucun centime d’argent public ne doit plus être donné à cette entreprise ni à aucune autre sans contreparties écologiques, sociales, fiscales.

Faisons cause commune face aux intérêts des multinationales.

Nous contacter : elections-pays-de-la-loire@lafranceinsoumise.fr

3 réflexions au sujet de « LACTALIS : la droite des Pays de la Loire subventionne le vice »

    1. Bonjour,
      Voté en commission permanente le 13 novembre par la majorité régionale, le versement de la subvention de 840 000 € au groupe Lactalis concerne des investissements dans son usine de Mayenne.
      Il n’y a pas de contre partie.
      Cordialement,

  1. Le préfet qui avait organisé l’enquête discutable d’utilité publique pour Notre Dame des landes a été embauché par Vinci.
    Le responsable des participations de l’Etat qui avait choisi une banque privée pour une étude préalable à une privatisation (étude payée 30 millions d’ €) a été ensuite embauché par cette même banque.
    Le conseil départemental de Mayenne à décider à des fins d’attractivité et de communication de louer un étage de la tour Montparnasse (500 000€ pour 20 mois) à un groupe privé Mayennais. Le responsable attractivité et communication du conseil départemental a ensuite été embauché par ce même groupe.

    On pourrais trouver des exemple de ce genre à tout les niveau: Europe, Etats, collectivités locales).
    Les élections régionales approchent et avec elle la perspective d’éventuelles reconversions professionnelles
    La question pourrait donc se résumer par une formule “horticole”: peut on légitimement se transplanter sur un terrain privé que l’on vient d’arroser d’argent public?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *